Chateabrun Sculptures Contact

CHATEAUBRUN
Site officiel

Chateaubrun



Au cœur de la Vallée aux loups

LE CHATEAU DES GEANTS



Le chateau des géants



CHATEAUBRUN : SITE SANDIEN


« Formidable donjon de cent vingt pieds de haut d'où l'on domine un des plus beaux sites de France »  



« Une grande étoile, que les nuages semblaient ne pas oser envahir, brilla longtemps sur le fier donjon comme une escarboucle sur la tête d’un géant » George Sand




Pur joyau de l'architecture médiévale


Pur joyau de l'architecture médiévale


« Je ne sais avec quoi on bâtissait dans l’ancien temps mais ce ciment-là est si bien lié qu’on dirait que les tours et les grands murs sont faits d’une seule pierre » George Sand

Le donjon a remarquablement résisté aux épreuves du temps, bien mieux que les tours maîtresses de Crozant, pour la simple raison que les moellons utilisés à Crozant étaient des pierres taillées sans aspérités alors qu’à Châteaubrun il s’agit de pierres de dimensions et de formes irrégulières (opus incertum) s’enchâssant solidement de par leur forme et de par le liant, à savoir un mortier à la chaux de Pommiers et au sable de La Creuse.  Mortier d’exception. Au lieu de se déliter, il se durcit au fil des siècles.

Au fur et à mesure que les douves étaient creusées dans la masse rocheuse constituée exclusivement de schiste amphibolique, les pierres extraites étaient dévolues à l’élévation des murailles.
Les pierres angulaires, d’arcs et de clés de voûte provenaient des abords de Crozant.




L’UN DES PLUS BEAUX SITES DE FRANCE


L’UN DES PLUS BEAUX SITES DE FRANCE


A partir de  1860, une pléiade de peintres parcourt les rives des deux Creuses, de la Sédelle et de la Gargilesse. (Monet, Guillaumin, Osterlind…)
Naîtra l’Ecole de Crozant.
Parallèlement aux sites de Crozant et de Fresselines, Châteaubrun fut crayonné et peint, donnant ainsi à voir les extérieurs bien avant les daguerréotypes.

« Quand nous avons trois jours de liberté, nous te fuyons (vallée de l’Indre) pour aller tremper le bout de nos doigts dans les petits flots mutins de la Naïade de Châteaubrun et de Crozant »
George Sand


LA SOLITUDE ABSOLUE


LA SOLITUDE ABSOLUE


« Se dresse l’imposante ruine de Châteaubrun. Son enceinte est encore entière, et vous trouverez là une  solitude absolue. Ce serait l’idéal du silence, sans les cris aigus des oiseaux de proie et le murmure des cascades de la Creuse ». George Sand

A la renaissance, le donjon était surmonté par une toiture pyramidale de douze mètres de haut. Frappée par la foudre, elle fut détruite

L’ARBRE DE BUNUEL


L’ARBRE DE BUNUEL


Au centre de la cour close, l’érable bicentenaire est dénommé « l'arbre de Buñuel »   en hommage au cinéaste qui le célébra en le filmant sous tous les angles. En 1927,  l'érable était déjà adulte tel qu'aujourd'hui.

Jean EPSTEIN, éminent théoricien du cinéma muet,  auteur de nombreux ouvrages et réalisateur de plus de quarante films tourna en partie Mauprat (adapté du roman de George Sand) à Châteaubrun en 1926-1927. Le film est conservé à la cinémathèque française.

Il avait comme premier assistant Luis Buñuel, juste avant que celui-ci ne prenne son envol, avec son premier film « Un chien andalou » dont il écrivit le scénario avec Salvador Dali.



CASTRUM BRUNUM



CASTRUM BRUNUM

NID D’AIGLES ET DE VIPERES



« Le reflet livide des éclairs lui donnait quelque chose de terrible »

« Dans la vallée de La Creuse, la croyance au grand serpent se réveille de temps à autre. On se soucie peu des milliers de vipères qui vivent dans les rochers. Mais le serpent de quarante pieds (treize mètres) de longueur et qui a la tête faite comme un homme est celui dont on se préoccupe.

C’est probablement le même qui, dans les temps anciens, mangea trois prisonniers dans le cachot de la grosse tour de Châteaubrun. Depuis il s’est montré plusieurs fois et l’année dernière (1857) tout le pays était en émoi, parce qu’une bergère l’avait vu   dans un buisson. »
George Sand
                              

PARADIS ET CHAOS

PARADIS ET CHAOS

« C’est le paradis et le chaos que l’on trouve tour à tour…
Voyage pittoresque à travers des chemins impraticables en compagnie de Chopin grimpé sur un âne, qui a couché sur la paille et ne s’est jamais mieux porté »

George Sand et Chopin sur les sentiers de Châteaubrun et Crozant. Septembre 1843

« George Sand conserva de sa première visite à Châteaubrun, une impression saisissante au point que plus tard, pour le sauver de la ruine, elle envisagea  d’en devenir propriétaire. Et puis, après tout, quelle folie de se mettre  sur le dos une aussi lourde charge puisqu’elle pouvait le visiter librement, l’étudier dans les moindres détails pendant ses séjours à Gargilesse et  y puiser d’avance une foule d’inspirations mises en œuvre dans bon nombre de ses romans ». Correspondance avec Latouche, écrivain, journaliste.
Dont le péché de Monsieur Antoine, Mauprat, la Comtesse de Rudolstadt (Consuelo) Promenade autour d’un village, Piccinino …

 

FIEF DE DIME ET DE GABELLE


FIEF DE DIME ET DE GABELLE


Tout œuf, tout gallinacé, tout tonneau de vin était soumis à une taxation.
Toute bête chargée : 1 denier
Toute pipe de vin en gros : 4 deniers
Tout mouton : une maille
Tout porc : 1 denier
Toute chèvre : 4 deniers.
Toute charrette chargée : 4 deniers
Tout boisseau de sel : 40 deniers
Excepté Anne de Montmorency, les acquéreurs successifs de Châteaubrun n’ont jamais eu les moyens de subvenir à la conservation du site en dépit des droits de péage et autres impôts.

Les douves étaient alimentées en eau par des buses taillées et gougées dans des tronçons de chêne et de châtaignier. Le conduit, long de plus de deux kilomètres, partait de l’étang de La Jarrige, toujours existant, et bifurquait vers Cuzion avant de s’orienter vers Châteaubrun.


LES FAUX-SAUNIERS AU PIED DE CHATEAUBRUN

Vers la fin du XVIIe siècle, des bandes de vingt à cent faux-sauniers ( contrebandiers du sel ) sévirent au pied de Châteaubrun, plus précisément aux abords du moulin situé à l'aplomb de la forteresse.

Profitant des allées et venues des paysans transportant des sacs de blé et de farine en barque ou à dos d'âne, les faux-sauniers passaient le sel à la barbe des gabelous.

La province de la Marche étant exempte de gabelle ( pour services rendus au royaume ) et la province du Berry étant soumise à une redevance exorbitante, les contrebandiers avaient beau jeu de traverser la frontière, en l'occurrence la creuse, pour faire fructifier leur commerce hautement rémunérateur.

Fernand Baudat


Cour close


Cour close


Totem du sculpteur Guy Baudat : « loup debout portant la tête qu’il aurait aimé avoir… »

Dans Consuelo, George Sand transpose Châteaubrun, le château des géants, en Bohême : la forteresse étant le lieu de vie des Rudolstadt.
 
Avant l’an 1000, les terres de Châteaubrun appartenaient à Albert de Montgoméry, parent par alliance de  Hugues  IX de Lusignan, comte de la Marche.
La construction de Châteaubrun est attribuée à la famille des Lusignan. Les médiévistes situent la construction du château fort entre l’an 1.000 et l’an 1.150. L’édification  d’une forteresse s’inscrit dans la durée, à savoir pas moins de cent ans.

UN REVE DE PIERRE

UN REVE DE PIERRE

« Ce château existe, je vais m’y promener. » George Sand 1847 le Piccinino
« J’aime à avoir vu ce que je décris, n’eussé-je que trois mots à dire » Lettre à Louis Ulbach 26 Novembre 1869.

Dans un courrier daté du 13 août 1845, George Sand écrit à Anténor Joly, directeur du journal « L’époque » : « je n’ai jamais su trouver un titre :

Les bonnes gens de Châteaubrun ? La belle fille de Châteaubrun ? Les ruines de Châteaubrun ? Le château de M. Antoine ? »

                          

SOUTERRAINS DE LEGENDE


SOUTERRAINS DE LEGENDE


« Sous le château, des souterrains s’enfoncent à une profondeur effrayante dans le roc. » George Sand

La réalité des souterrains ne fait aucun doute. Les puits d’aération confirment leur présence et leur tracé.

 Des documents établis par des radiesthésistes indiquent qu’un souterrain passait sous La Creuse et ressortait à l’orée du village de Montcocu .

 Deux autres souterrains, dont l’un allait en direction de  l’église de Cuzion et l’autre en direction d’Eguzon ont été localisés, notamment par photos aériennes.

Le souterrain partant du château en direction de La Creuse distante de trois cents mètres en à pic était encore praticable en 1860. Un attelage y circulait aisément. Il est aujourd’hui obstrué.

                      

SOUTERRAINS DE LEGENDE



An 1.000 - Les Lusignan
An 1.290 - Les Naillac
Vers 1400 – Les de Prie
Vers 1500 Les Gaucourt
Vers 1550 - Jean Stuart d’Aubigny
An 1561 – Les de Beaume
An 1577 - Les Montmorency
An 1.746 – Les de Forges
An 1.802 – Leroy de Lisa
An 1.811 – Séjeau de Cezaux
An 1826 - Claude de Bridiers
An 1830 - Louis de Bridiers
An 1840 - Sylvain Camard-Puymaury
An 1840 - Pierre Saint-Prime de Forges de Châteaubrun
An 1853 - Sylvain Delage
An 1856 - Marquis du Breuil du Bost de Gargilesse
An 1869 -  Marie-Thérèse du Breuil du Bost de Gargilesse 
An 1877 - M. Sarlande
An 1880 - Gabriel-Nicolas Langlois maire de Gargilesse
An 1909 - Marie Antoinette Bertrand
Vers 1920 - la ville de Saint-Gaultier
An 1930 - Eugène Brasseur puis sa fille Melle  Brasseur
An 1986 – Guy Baudat
An 1996 – Association S.O.S  Châteaubrun
An 2012 – Lieu de vie des sculptures de Guy Baudat.

               

La Ruine est encore grandiose


« La Ruine est encore grandiose. » George Sand


LE DEMANTELEMENT DE LA CONSTRUCTION RENAISSANCE


Trois siècles après la construction de l’édifice gothique, Claude de Bridiers désargenté entreprend le démantèlement d’une construction qui, de par son état de délabrement (la vertigineuse charpente est à refaire) nécessiterait un énorme apport financier s’il devait procéder à la restauration.

Parallèlement, il démantela l’escalier hélicoïdal,  (d’origine médiévale), du corps du logis seigneurial. Il  voua les marches en calcaire aux fours à chaux de Pommiers.

En 1940, la forteresse est réquisitionnée. Chassés par les Allemands, les  responsables du barrage hydroélectrique d’Eguzon investissent Châteaubrun. En lieu et place de l’escalier démantelé par de Bridiers, ils  élèveront  un escalier en béton.

M. Gabriel Nicolas Langlois achète Châteaubrun en 1880. Sa compagne Marie-Antoinette Bertrand devient l’usufruitière de tous ses biens. A son décès la forteresse est léguée à la ville de Saint – Gaultier sous réserve testamentaire d’avoir à prendre en charge tous les chats du fief. La ville de Saint-Gaultier accepte le legs mais ne tient pas ses engagements. Le même  Gabriel Nicolas Langlois fut maire de Gargilesse du 20 mai 1900 au 15 mai 1904, date à laquelle il démissionna.

PLAN DE CHATEAUBRUN A LA RENAISSANCE

 

  PLAN DE CHATEAUBRUN A LA RENAISSANCE
 

Un meurtrière      




« Le logis renaissance que dans ma jeunesse j’ai vu merveilleusement frais et fleuri de sculptures » George Sand



Après le démantèlement de l’édifice renaissance.



CHATEAUBRUN 1875



Ce logis seigneurial, en forme de quadrilatère allongé flanqué d’une échauguette ronde à chacun de ses angles et à hauteur du second étage, occupait toute la partie de l’enceinte regardant le sud. On y pénétrait par une large porte très élégante, décorée de deux pilastres fleuronnés avec pinacle et d’une ogive élevée, le tout terminé par des touffes de feuillage du goût le meilleur, porte ménagée, en face de celle de la chapelle, dans une tour en saillie sur la cour, avec escalier à spirale et à main courante pour monter aux deux étages supérieurs. Une autre petite tour ronde extérieure avait été annexée à la cuisine pour lui servir d’office. Ce logis était composé de six salles peintes à fresques (une très grande et une moyenne par étage) dont les cheminées à jambages et à manteau étaient remarquables par la richesse des sculptures.
« Là, sans doute, des statues mythologiques, des vases, des jets d’eau, des pavillons, soi-disant rustiques, avaient rappelé jadis l’ornementation des maisons royales »
George Sand évoquant les jardins de Châteaubrun.



Le rite initiatique de Compostelle

Le rite initiatique de Compostelle


« On parle toujours des pèlerins qui vont à Saint-Jacques de Compostelle sans jamais évoquer le chemin initiatique du retour.

La crypte de Châteaubrun creusée dans la roche depuis la nuit des temps, bien avant l’édification de la forteresse, a toujours été  lieu de culte.

 Seuls les pèlerins nobles avaient  le privilège d’accéder à la crypte, non pas à l’aller, mais exclusivement au retour du pèlerinage.

Ayant atteint l’accomplissement  ils revenaient nimbés de la lumière de Compostelle,  porteurs du message divin et de l’emblématique coquille qui était scellée avec soin au mortier de chaux (partie convexe) sur la voûte de la grotte. Les empreintes sont encore parfaitement visibles.
La chapelle renaissance ne s’est jamais substituée à la crypte pour ce cérémoniel.

On sacralise la coquille de Saint-Jacques de Compostelle, laquelle est chargée de symboles dont celui de l’amour et de la protection contre maladies et mauvais sorts.

Le pèlerin dans sa quête d’absolu ne rapportait pas la coquille emblématique en  tant que souvenir, il la rapportait en tant que symbole d’aboutissement pour ensuite  y renoncer. Après avoir gravi les marches de la crypte de Compostelle, il descendait,  rituel de complétude, celles de la crypte de Châteaubrun. »
Fernand Baudat


CUL DE BASSE FOSSE



CUL DE BASSE FOSSE



LOUIS XVI ET LE TESTAMENT APOCRYPHE 


Le page de Marie Antoinette faussaire ?



Pierre II de Forges, marquis de Châteaubrun, page de Marie-Antoinette eût comme dessein de mettre en « résidence surveillée » dans la forteresse, Louis XVI et son fils le dauphin Louis XVII, à toute fin de leur épargner la geôle et l’échafaud.

Il prépara secrètement dans un premier temps la venue de Louis XVI et de son fils puis dans un second temps, il intrigua auprès des édiles locaux pour les convaincre du bien fondé de son projet.

On le soupçonne d’être l’auteur du testament apocryphe de Louis XVI retrouvé en 1989 dissimulé dans l’épaisseur des murs du logis seigneurial. Tout donne à penser au vu d’écrits qui se recoupent et sur la foi de graphologues qu’il s’agit bien du page de Marie-Antoinette. Toujours est-il que, selon les dires d’experts, il s’agit d’un remarquable faux d’époque.


LA FONTAINE DES SEIGNEURS

LA FONTAINE DES SEIGNEURS

La fontaine des seigneurs située aux abords du  « rio »  de La Font, à proximité du chemin des lapins,  était
considérée  comme sacrée, son eau extrêmement pure ayant des vertus miraculeuses

 

UN ACADEMICIEN PRIX DE ROME A CHATEAUBRUN



UN ACADEMICIEN PRIX DE ROME A CHATEAUBRUN


Un sculpteur parisien, Lucien BRASSEUR devint propriétaire de Châteaubrun en 1930. Brasseur réalisa, entre autre, les cariatides du Trocadéro,  nombre de monuments aux morts des deux guerres. Ainsi il eut les moyens d’acquérir Châteaubrun. Châteaubrun devint le lieu de prédilection et d’inspiration de Brasseur et de Paul Belmondo également sculpteur, qui était de vingt ans son cadet, et qui perfectionnait son art sous l'œil de son aîné. Lucien Brasseur, académicien, auréolé du Prix de Rome, était  une référence insigne pour Paul Belmondo.  Le vaste porche de la forteresse devint l’atelier de sculpture des deux plasticiens.

Anecdote  édifiante :


A la fin de la seconde guerre, les deux compères louèrent dans la capitale un gros camion gazogène et vinrent nuitamment à Châteaubrun, en catimini, prélever les plaques de plomb assurant l'étanchéité au sommet de la tour. Désargentés, ils se sont résolus  à commettre l'irréparable, à savoir livrer les charpentes des étages à l'effondrement en les abandonnant aux intempéries. Ils jetèrent les lourdes plaques du haut du donjon, les chargèrent et repartirent négocier dans la capitale le plomb qui se vendait à prix d'or. Quelques hivers plus tard les étages s’écroulèrent et le donjon devint comme un puits sans fond.
Sans moyens financiers, mademoiselle Brasseur qui succéda à son père, laissa la forteresse en l’état.

 

L’ACCES AU DONJON PAR UN PONT LEVIS


L’ACCES AU DONJON PAR UN PONT LEVIS

« ……  elle pénétra sous la voûte d’un escalier … c’était celui de la grande tour féodale, la plus ancienne et la plus solide construction de tout l’édifice. Au bout de vingt marches, elle rencontra une grande salle octogone qui occupait tout l’intérieur de la tour, l’escalier en vis étant pratiqué, comme dans toute construction de ce genre, dans l’intérieur du mur, épais de dix huit à vingt pieds. La voûte de cette salle avait la forme intérieure d’une ruche» George Sand ( Consuelo)

« Du côté du midi est une grande tour forte (le donjon) à laquelle on communique par une petite tour (barbacane) qui l’avoisine au moyen d’un pont-levis »  (Dire d’expert 1811).


LES OUBLIETTES DE CHATEAUBRUN

LES OUBLIETTES DE CHATEAUBRUN

L’oculus surplombant les oubliettes en lieu et place de l’habituelle clé de voûte était le passage obligé « ô combien triste passage » des descentes au cachot. Les oubliettes n’offraient alors aucune autre issue aux prisonniers.

LA CHAPELLE DE CHATEAUBRUN

LA CHAPELLE DE CHATEAUBRUN


« Ils y oyaient la messe ensemble. »

L'entrée de Chateaubrun



« Il est peu d’entrées de châteaux aussi seigneurialement disposées et aussi fièrement situées que celle de Châteaubrun » George Sand

S’INCLINAIENT LES ECUYERS

A droite du porche, une porte cavalière plein cintre, sans herse,  avec son  pont levis. Le cavalier chevauchant sa monture ne pouvait franchir le seuil qu’en s’inclinant.

S’INCLINAIENT LES ECUYERS


 
    

LES PIERRES DU DONJON DE CHATEAUBRUN


LES PIERRES DU DONJON

Après la famille des Lusignan, un certain Geoffroy, chevalier, seigneur de Bridiers dans la Marche devint seigneur de Châteaubrun vers 1282.
Vers 1290 Châteaubrun devient la propriété de la famille des Naillac et le restera jusqu’en 1429 date de la mort de Jean de Naillac. La famille de Prie revendique alors Châteaubrun. Succession difficile.
Cependant Raoul de Goncourt et sa sœur Isabeau auront une part de l’héritage de Jean de Naillac. (Ils maintiendront une garnison à Châteaubrun). On ne sait par quel arrangement ou procédure Jean Stuart d’Aubigny, d’origine écossaise, devient seigneur de Châteaubrun. Il vendra Châteaubrun à Claude Beaune et c’est par alliance qu’Anne de Montmorency en devient propriétaire.



Les Montmorency à Châteaubrun pendant près de deux siècles

C’est par alliance qu’Anne de Montmorency (prénom épicène à l’époque) Baron des Fosseux, Marquis de Thury, Abbé de Molesme, Chevalier du roi, Premier chambellan Duc et pair de France, Maréchal de France, grand maître, Connétable,
Grand ami de François 1er …  devient propriétaire de Châteaubrun.
Catherine de Beaune lui apporte le château en dot en 1577.

Avec Anne de Montmorency, une branche de la famille se fixe à Châteaubrun.

Anne de Montmorency et sa femme Marie de Beaune auront deux fils. Le second, Charles de Montmorency, conseiller du roi, qui vécut à Châteaubrun et qui a le titre de seigneur de Châteaubrun est inhumé dans l’église de Cuzion en 1654.

François de Montmorency, leur premier fils, épouse en secret  une roturière. Ils auront huit enfants dont Jean-Nicolas de Montmorency né en 1659. Jean Nicolas, marquis de Montmorency, général des camps et armées du Roi meurt à Châteaubrun,  sans héritier, en 1746. Il repose dans le caveau de la chapelle.

Avec lui disparaît la branche des Montmorency de Châteaubrun.

Les vestiges des fondations extérieures des habitations vouées à la soldatesque sont d’une telle ampleur que l’on peut facilement imaginer le nombre de guerriers chargés de la défense de la citadelle. Vraisemblablement plusieurs centaines, à l’époque médiévale.

Châteaubrun servit de cadre lors du tournage télévisé de Mauprat : deux épisodes diffusés en janvier 1972. Réalisés par J. Triboula avec dans la distribution Jacques Weber, Henri Virlojeux et Fernand Baudat dans un rôle de geôlier !


 


MONUMENT EN PERIL



A la Renaissance, lors de la construction de l’édifice gothique, les artistes affluèrent à Châteaubrun pour y réaliser des œuvres d’apparat et des pièces maîtresses à la hauteur de l’architecture flamboyante et de la réputation des Montmorency, seigneurs des lieux et grands amateurs d’art .

Quelques siècles plus tard, George Sand, des écrivains, des peintres, des sculpteurs, des cinéastes et autres créateurs y trouvèrent l’inspiration. 

En 1986, alors que la forteresse était considérée comme « ruine définitive » par les pouvoirs publics, Guy Baudat dont le seul dessein était de sauver la forteresse de l’effondrement, se porta acquéreur.
C’est seulement après avoir assuré la sauvegarde temporaire de l’édifice à ses frais et en quinze ans de labeur que la forteresse a accueilli ses œuvres.

D’importants et indispensables travaux restent à réaliser pour sauver définitivement le château fort.

Que les responsables du patrimoine France prennent conscience, que faute de leur contribution dans les années à venir, Châteaubrun sera de nouveau un monument en péril.


« Association de sauvegarde de Châteaubrun » Gargilesse 36190

« SOS Châteaubrun » Gargilesse 36190

 

CLE DU CHATEAU DES GEANTS    


CLE DU CHATEAU DES GEANTS

LA VASTE SALLE DES GARDES AVEC LA MONUMENTALE CHEMINEE


« LA VASTE SALLE DES GARDES AVEC LA MONUMENTALE CHEMINEE » George Sand


TABLE RONDE DU GRAND ECHANSON

L'arbre de Bunuel


CALVAIRE

CALVAIRE

Grés de grand feu, émaillage à la cendre de chêne.

CALVAIRE

CALVAIRE

 

CHATEAUBRUN

LES SCULPTURES DE GUY BAUDAT

 

FOUS DE GUERRE

 

FOUS DE GUERRE

Cinq fous de guerre armés de fusils d'assaut de différentes origines (France, Amérique, Russie, Chine, Israël) cernent un œuf : La vie, la forme absolue.

Fous de guerre (Bronze. H : 2,10m. 4m sur 4m. Fonderie Bocquel. 2008)

FOUS DE GUERRE

 

L'HOMME TELLURIQUE

L'HOMME TELLURIQUE

Intériorité. Sérénité. Plénitude…

Homme tellurique (Bronze. H : 4,50m. Fonderie Mariani. 1994)

L'HOMME TELLURIQUE

 

LES VOISINS L'ONT TUE

LES VOISINS L'ONT TUE

Batracien perforé : Ils ont cru le tuer, il survivra. Plaidoyer contre la cruauté de l'homme envers l'animal.
Les voisins l'ont tué (Bronze. H : 1,50m. L : 2,30m Fonderie Bocquel. 2007)

LES VOISINS L'ONT TUE

 

FIN DE LA DICTATURE DU SEXE

FIN DE LA DICTATURE DU SEXE

Mise à plat de ses organes génitaux par un mâle dominant.

Fin de la dictature du sexe (Bronze, Acier forgé. H : 4,50m. l : 3m. Fonderie Bocquel. 2006)

FIN DE LA DICTATURE DU SEXE

 

FEMME OISEAU

FEMME OISEAU

L'échelle s'appuie sur le ciel. A son faîte, une femme oiseau sans ailes.

Femme oiseau (Bronze, Inox. H : 8m. Fonderie Mariani. 1996)

FEMME OISEAU

 

MALE TRIOMPHANT

MALE TRIOMPHANT

Archétype du mâle dominant. Pose pour la photo. En arrière-plan du parvis, son arc de vanité.

Mâle triomphant (Bronze, Granit, Schiste. H :4,50m. Fonderie Mariani. 1998)

MALE TRIOMPHANT

 

L'HOMME QUI PLOIE

L'HOMME QUI PLOIE

Lourd est le destin, lourd.

L'homme qui ploie (Bronze. H : 5m. Fonderie Bocquel. 2011)

L'HOMME QUI PLOIE

 

ET LE MONDE FUT

ET LE MONDE FUT

Au sein d'une immense coupe, courbe dans courbe, le serpent de la création.

Et le monde fut. (Bronze.1,60m x 1,60m. Fonderie Bocquel. 2007)

ET LE MONDE FUT

 

POMPEI DOMANI

POMPEI DOMANI

Elle avait fui le Vésuve, traversé les siècles pour entrer dans le futur. Porteuse de fragments de notre civilisation, elle repart à Pompeï sur les roues dématérialisées d'un char romain.

Pompeï domani (Bronze. H : 4m. l : 3m Fonderie Mariani. 1999)

POMPEI DOMANI

 

LA CLE DES GEANTS

CLE

Clé de la liberté, de la passion, des songes, du paradis, des champs. A l'origine de la sculpture : " une clé en cage" pour AMNESTY INTERNATIONAL.

Clé (Acier laqué rouge sang, rouge feu. H : 8m. Atelier Pion. Maury. 1994)

LA CLE DES GEANTS

 

CHOC FRONTAL

CHOC FRONTAL

Le monde occidental vu par une femme voilée. Choc des civilisations.
Attraction, répulsion.

Choc frontal (bronze. H : 3,50m. 4m sur 4m. Fonderie Bocquel. 2009 )

CHOC FRONTAL

Choc frontal

 

REVE DE LOUP

REVE DE LOUP

Un homme loup présente sur ses pattes avant la tête qu'il aurait aimé avoir. Totem.

Rêve de loup (Acier, Résine. H : 7,50m. Atelier GB.1993)

REVE DE LOUP

 

OR

OR

Un stère de rêve transportable sur palette.

Or (Bronze. Fonderie Bocquel. 2005)

OR

 

LA DETRESSE EST ESTHETIQUE

LA DETRESSE EST ESTHETIQUE

Elle est aussi rémunératrice. Jubilatoire, un cameraman filme la détresse d'enfants implorant le ciel de ne plus les laisser vivre. « No future ».

La détresse est esthétique ( bronze. H : 3,20m. 5 sur 3. Fonderie Bocquel.2010 )

LA DETRESSE EST ESTHETIQUE

 

OPPRESSEUR ET OPPRIME

OPPRESSEUR ET OPPRIME

Oppresseur et opprimé (Acier laqué. H : 2,50m. Atelier Pion et Maury. 1991)

DELIT

la forêt danse
le soleil danse
la vie est douce douce douce
cependant
il y a
très beau
très haut
très lisse
l'homme aux lunettes noires
l'homme jubilatoire
l'homme de pouvoir
celui qui
très star
pour délit d'espoir
broie casse éclate
celui qui
très star
pour délit de faciès
brise et castre
celui qui
très clean
très hard
très star
scotche les esprits libres
pour délit créatif
celui qui
très bruit
très bottes
très bruit de bottes
confisque le pouvoir dérisoire
s'autorise à dire
que dans le monde
et parfois en France profonde
les droits de l'homme chient la honte

 

ENTRAVE

ENTRAVE

Gisant. Du carcan au cercueil, le dogme.

Entravé (Bronze, Acier, Inox. L : 3m. Fonderie Mariani.1993)

ENTRAVE

 

LA BETE

LA BETE

Enfermement. Primitivité recluse.

La bête (Chêne. H : 5m ; L : 6,50m. Atelier Jouannet.2000)

LA BETE

 

AB OVO

AB OVO

A partir de l'œuf.

AB OVO (Granit. L : 8m H : 1,20m. Atelier Gargilesse.1998)

AB OVO

 

DIEU DE LA FORET

DIEU DE LA FORET

Gardien des lieux. Puissance tutélaire.

Dieu de la forêt (Chêne. H : 4,50m. Atelier Jouannet.1989)

DIEU DE LA FORET


VIOL

VIOL

Couteau à la verticale représentant l'homme de tous les dangers. Vulnérabilité de la femme en position assise. Situation extrême.

Viol (Bronze, Résine, Acier. H : 2,50m. Fonderie Bocquel.2003)

VIOL

VIOL

VIOL

 

PIEGE

PIEGE

Sculpture emblématique d'une aliénation propre à l'époque. L'accro de l'écran - la télévision comme appât – ne voit pas ce qu'il regarde et n'entend pas ce qu'il écoute.

Piège (Bronze, Bois, Acier. L : 6m. l :2,50m. Fonderie Bocquel. Forge Pion.2000)

PIEGE

 

ENARQUE SUR DEESSE CALLIPYGE

ENARQUE SUR DEESSE CALLIPYGE

Psychorigide à cheval sur ses illusions.

Enarque sur déesse callipyge (Bronze. H : 4m. Fonderie Mariani.1995)

ENARQUE SUR DEESSE CALLIPYGE

 

MUR NOIR
MUR NOIR

Incommunicabilité. Le mur est opaque, l'homme et la femme se fondent dans la nuit du mur sans s'être jamais rencontrés. La sexualité est devenue virtuelle. L'homme pénètre le mur à une extrémité, la femme est pénétrée par le mur à l'autre extrémité. De part et d'autre, l'énigme demeure. Font-ils le plein d'une sombre énergie ou est-ce un exercice d'hygiène ? Quoi qu'il en soit, la rencontre n'aura jamais lieu.
Mur noir (Bronze. L : 6m. Fonderie Bocquel.2004)

MUR NOIR

 

CŒUR

CŒUR

Un homme scrute un cœur à terre. Questionne-t-il la question d'un cœur erratique ?

Cœur (Bronze. H : 1,80m. Fonderie Bocquel.2005)

CŒUR

 

INCARCERATION DE LA FOI

INCARCERATION DE LA FOI

Tolérance zéro. Lois liberticides. Emprisonnement du priant menotté et de la croix.

Incarcération de la foi (Bronze, Bois, Acier. H : 4m. Fonderie Bocquel.2004)

INCARCERATION DE LA FOI

 

LAMBDA TERRASSE PAR SES FANTASMES

LAMBDA TERRASSE PAR SES FANTASMES

La femelle de tous les mythes jaillit des tréfonds de l'imaginaire d'un lambda, se matérialise et crucifie son géniteur.

Lambda terrassé par ses fantasmes (Bronze. L : 2m. Fonderie Bocquel.2003)

LAMBDA TERRASSE PAR SES FANTASMES

 

ALEA CLONAGE

ALEA CLONAGE

Trois femmes sur le sable, rigoureusement semblables en dehors de la problématique relative au sexe de l'une d'entre elles. La manipulation génétique a tourné court.

Aléa clonage (Bronze. L : 4,50m. Fonderie Mariani.1999)

ALEA CLONAGE

 

TOURISME SEXUEL

TOURISME SEXUEL

Sculpture narrative. Armés des jumelles du voyeur, trois prédateurs scrutent leur proie. La dénonciation de la pratique pédophile s'appuie sur une réalité. Les touristes consommateurs de mineurs orientaux sont, à la descente du charter, installés dans une immense galerie d'où ils surplombent une cour où sont parquées les victimes convoitées, lesquelles se sont munies de jumelles pour, à leur tour, choisir leurs prédateurs.

Tourisme sexuel (Bronze. H : 1,80m. Fonderie Bocquel.2002)

TOURISME SEXUEL

 

POTENCE DE L'UTOPIE

POTENCE DE L'UTOPIE
Sculpture de friche
Exécution capitale du système carcéral par pendaison. Deux structures négatives, potence et geôle, s'autodétruisent.
Potence de l'utopie (Acier. H : 12m. Atelier GB. Forge Pion.1999)

POTENCE DE L'UTOPIE

 



Monument à la gloire d'un homme ordinaire

Monument à la gloire d'un homme ordinaire
Sculpture de friche

L'antihéros s'est hissé au sommet d'un mégalithe et interroge du regard son double resté au sol.

Monument à la gloire d'un homme ordinaire (Granit. H : 10m. Ateliers GB, Digan, Vaillant.1995)

Monument à la gloire d'un homme ordinaire

 

CARAVANE DU TEMPS QUI PASSE

CARAVANE DU TEMPS QUI PASSE
Sculpture de friche

1.000.000.000.000.000… Elle traverse les forêts et les millénaires mue par le UN. Elle s'étend à perte de vue, disparaît sous terre.

Caravane du temps qui passe (Granit. L : indéfinie. Atelier Izard.1999)

CARAVANE DU TEMPS QUI PASSE

 

NUE

NUE
Sculpture de friche

Une et nue

Nue (Composite : gravillon alluvionnaire, sable de rivière, ciment « carrare » 2012)

NUE

 

FAUTEUIL VIDE

FAUTEUIL VIDE
Sculpture de friche

Il est l'objet d'un rituel local. Les nouveaux mariés l'investissent en tant que trône pour la photo.

Fauteuil vide (Granit. H : 2,50m. Atelier Vaillant.1992)

SOLITUDE D'UNE PIERRE LEVEE

SOLITUDE D'UNE PIERRE LEVEE
Sculpture de friche

Solitude d'une pierre levée (Granit. H : 3,50m. Atelier Vaillant.1994)

 

SIGNALETIQUE

SIGNALETIQUE
Sculpture de friche

Rencontrer le divin n'est pas improbable.

Signalétique (Granit. L : 5m. H : 2,50m. Atelier Izard.2000)

SIGNALETIQUE

 

Ronde de mots

Ronde de mots
Sculpture de friche

Une arène pour un poème

« NOUS VIVRONS LE JOUR DANS UN BAOBAB ET LA NUIT DANS UN IGLOO »

(Matériau composite a base de sable de rivière, de gravillon alluvionnaire, de ciment carrare)

Circonférence : 80 m ; H : 2,30m surface arène : 550m²

Ronde de mots

 

Ronde de mots

MUE
Sculpture de friche

Dimensions : H : 2,30m L : 5m



 

Homme transgénique

Mutant OGM acquis à la cause. Militant à son insu, il enjoint de respecter la loi, de manger OGM, d'abdiquer.

(bronze)

Hauteur : 5m - largeur : 2.50m





 

Fées

Deux fées longilignes face à face. Deux formes fluides, presque immatérielles.
Elles humanisent la cour close de la forteresse.


(bronze)

Hauteur : 4m

Fées

Fées

Fées

 

Deuil des libertés

Non loin de la potence de l'utopie qui pend le système carcéral, quatre sens interdits surdimentionnés se font face deux à deux et interdisent tout espace libre aux quatre points cardinaux.
En tenue de deuil, noir et blanc, décontextualisés, ils symbolisent la restriction rampante des libertés.


(Inox)

Hauteur : 4,50m

Sens interdit

Sens interdits

Sens interdits

 

Déclaration d'amour

Un robot d'autoroute écarlate déclare sa passion -- Be my wife --
Bouquet de roses rouges en main à une rutilante voiture de rêve --
Dreamcar -- américaine.

(Ready made)

dreamcar

dreamcar

dreamcar

dreamcar

------------------------------------------------------------------------

L'aliénation et son miroir

Guy scrutant son oeuvre

Le coprophage,
l'étron,
l'édicule,
le voyeur

Dans les sous-bois de Châteaubrun, un édicule clos dont les trois portes sont des miroirs d’acier.

A l’intérieur de l’édicule, une sculpture : un coprophage, bouche ouverte en position de déféquer sur un bloc WC, dans ses mains une immense assiette, avec en son centre, un étron.

La sculpture n’est pas donnée à voir, on ne peut l’apercevoir qu’à travers des interstices, lesquels contraignent le visiteur à se plaquer contre la paroi. Le miroir d’acier renvoyant au regardeur son image de voyeur.

Le coprophage s’apprête à déguster un étron sublimé à dessein à l’instar de la nourriture industrielle esthétisée sous packaging.

Bloc WC résine façon faïence de tradition
Assiette bronze façon porcelaine de tradition
Coprophage et étron bronze
Portes inox miroir

------------------------------------------------------------------------

CHATEAUBRUN
AU CŒUR DE LA VALLEE AUX LOUPS
LE CHATEAU DES GEANTS

CHATEAUBRUN : SITE SANDIEN
PUR JOYAU DE L'ARCHITECTURE MEDIEVALE
L'UN DES PLUS BEAUX SITES DE FRANCE
LA SOLITUDE ABSOLUE
L'ARBRE DE BUNUEL
CASTRUM BRUNUM
NID D'AIGLES ET DE VIPERES
PARADIS ET CHAOS
FIEF DE DIME ET DE GABELLE
UN REVE DE PIERRE
SOUTERRAINS DE LEGENDE
DE L'AN MILLE A NOS JOURS
PLAN DE CHATEAUBRUN A LA RENAISSANCE
LE DEMANTELEMENT DE LA CONSTRUCTION RENAISSANCE
LA FONTAINE DES SEIGNEURS
LES OUBLIETTES DE CHATEAUBRUN
LA CHAPELLE DE CHATEAUBRUN
S'INCLINAIENT LES CHEVALIERS
LA SALLE DU GRAND ECHANSON
CALVAIRE ET CHAPELLE
MONUMENT EN PERIL
CLE DU CHATEAU DES GEANTS

LES SCULPTURES DE GUY BAUDAT

FOUS DE GUERRE
L'HOMME TELLURIQUE
LES VOISINS L'ONT TUE
FIN DE LA DICTATURE DU SEXE
FEMME OISEAU
MALE TRIOMPHANT
L'HOMME QUI PLOIE
ET LE MONDE FUT
POMPEI DOMANI
CLE
CHOC FRONTAL
REVE DE LOUP
OR
LA DETRESSE EST ESTHETIQUE
OPPRESSEUR ET OPPRIME
L'ENTRAVE
LA BETE
AB OVO
DIEU DE LA FORET
VIOL
PIEGE
ENARQUE SUR DEESSE CALLIPYGE
MUR NOIR
CŒUR
INCARCERATION DE LA FOI
LAMBDA TERRASSE PAR SES FANTASMES
ALEA CLONAGE
TOURISME SEXUEL
POTENCE DE L'UTOPIE
MONUMENT A LA GLOIRE D'UN HOMME ORDINAIRE
CARAVANE DU TEMPS QUI PASSE
NUE
FAUTEUIL VIDE
SOLITUDE D'UNE PIERRE LEVEE
SIGNALETIQUE

Guy BAUDAT au milieu des siens

-------------------------------------------------------------------------

SITE CHATEAUBRUN


Photographes

Féline
Alicia
Luigi
Clémenti
Josiane et Alain


Documentalistes

Annick
Féline


Mise en page


Annick et Luigi